Vous reprendrez bien un peu d’Office ?

Et un de plus ! Et pas un des moindres, s’il vous plaît. Après le ministère de l’éducation nationale qui a récemment noué un partenariat avec Microsoft, voici le ministère de la culture qui opte lui aussi pour le passage à la suite bureautique Office en 2017.

Bureautique : excel, word, powerpoint, outlook, publisher

Deux millions d’euros pour une bureautique de qualité

Virement de bord pour les outils bureautiques, on laisse de côté les logiciels libres et plein cap sur le payant avec Office. Pourquoi ? Pour améliorer la bureautique et les systèmes d’informations liés aux ressources humaines en vue d’uniformiser les logiciels utilisés. Ne nous leurrons pas. Même si les suites bureautiques gratuites telles que OpenOffice ou LibreOffice sont très bien, elles sont loin d’égaler la suite Office avec ses logiciels phares que sont Excel, Powerpoint, Access, Outlook, Publisher et bien entendu Word. D’autant plus que Microsoft a pris une sérieuse longueur d’avance avec son offre Office 365 qui met l’accent sur le travail collaboratif et sur la dématérialisation via le cloud pour un accès sécurisé aux données quel que soit l’endroit où l’on se trouve et quel que soit le support informatique que l’on utilise : desktop, smartphones, tablettes. Pour résumer,  c’est comme au Flunch : Excel, Word, Powerpoint et consorts à volonté et à toute heure..

Une question d’indépendance numérique

Le choix de la suite bureautique Office constitue donc un revirement stratégique de la part d’Anne Azoulay, ministre actuelle de la culture pour rappel, d’avec son prédécesseur Fleur Pellerin qui elle mettait en valeur les logiciels libres. Ces derniers, selon elle, et elle n’a certainement pas tort, permettent de lutter efficacement contre l’hégémonie des grandes firmes américaines qui imposent leurs technologies et nous condamnent ainsi à une dépendance certaine à leur égard. Il en va de notre souveraineté numérique avait-elle alors affirmé lors d’un discours sur ce thème.

Oui mais voilà. Autre ministre, autre point de vue ! Et puis, après tout, 2 millions d’euros c’est une paille au vu du budget 2017 qui lui s’élève à 707 millions d’euros. Cela me fait penser, la redevance télévisuelle, n’aurait-elle pas encore augmentée cette année ? Je crois bien que si !

Source : Presse-Citron

Vous reprendrez bien un peu d’Office ?
Votez pour ce billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *