Un virus informatique moitié français

Les français sont reconnus de par le monde pour leurs talents en informatique. On évoque même souvent la french touch. Cela va de la création de sites internet en passant par le développement de solutions e-commerce telle que Prestashop ou encore la conception de logiciel emailing (Sarbacane) voire la création de code malveillant !

Communiquer pour se protéger. Oui, mais !

Quelques lignes de codes peuvent ainsi secouer l’Internet mondial. celles-ci ont été écrites par Benjamin Delpy, aujourd’hui directeur de projets sécurité à la banque de france. Sa passion : l’informatique. Son dada : écrire des lignes de codes pour tester la sécurité des services informatiques.

Oui sauf que là, son projet baptisé « Mimikatz » publié en 2011 a été récupéré à mauvais escient par les créateurs de GoldenEye. Il est aujourd’hui exploité au travers du ransomware Petya dont l’origine se situe en ukraine. Et les dégâts pour les entreprises peuvent s’avérer catastrophiques.

Néanmoins, l’intention initiale était loin d’être mauvaise. Bien au contraire. la finalité était d’informer pour mieux se protéger contre les attaques informatiques. En effet communiquer sur les failles de sécurité pour ensuite les corriger. Contacté à l’époque de la découverte par Benjamin Delpy, Microsoft n’avait pas jugé bon à l’époque de corriger dans la foulée cette faille, estimant que seules quelques personnes ayant des habilitations extrêment hautes pouvaient avoir accès  aux informations délicates. faut croire que non !

Pour se protéger efficacement contre les attaques informatiques, les entreprise s doivent impérativement :

  • Mener une politique de sécurisation des systèmes informatiques
  • Mettre à jour leurs logiciels et applications informatiques
  • Sensibiliser son personnel aux risques de cyberattaque
Formation cybersécurité à Lille et Valenciennes (Nord)
Apprendre à se protéger des menaces informatiques

 

Un virus informatique moitié français
Votez pour ce billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *