Se passer de l’e-mail, rêves ou réalité ?

L'email un formidable outil de communication
L'email chronophage en sursis ?

L’e-mail nous aliène ! Voilà l’impact sur notre quotidien de ce formidable outil de communication.

Au début des années 1990, lorsqu’Internet prenait son envol, nous avons découvert l’e-mail et celui-ci à révolutionné nos échanges et notre façon de communiquer. On ne pouvait que s’enthousiasmer devant cet outil.

Sauf que nous sommes à présent submergés par ces courriers électroniques et qu’aujourd’hui c’est  plus de 250 milliards d’e-mails sont envoyés quotidiennement et que ce volume n’est pas prêt de baisser puisqu’il en est prévu 500 milliards par jour en 2013. Beaucoup d’entre eux sont du spam bien que les éditeurs de logiciels, FAI et hébergeurs créent des filtres toujours plus performants. Pour le reste, beaucoup des courriers ne sont pas pertinents.

Sachant que les e-mails sont extrêmement chronophage (50% des internautes passeraient 2 heures à gérer leurs e-mails), générateur de stress (+ de 60% consultent leur messagerie toutes les 5 minutes. Outlook étant la plus utilisée en entreprise), source de pression car on se sent souvent dans l’obligation de répondre par politesse bien que ce retour est la plupart du temps inutile  et monopolise une partie de notre attention, on peut se poser la question suivante : ne serait-il pas judicieux de se passer de l’e-mail ?

Pour l’instant, cela risque d’être compliqué car il a surtout pour avantage de :

  • Laisser des traces pour des prises de décisions, pour justifier certaines démarches…
  • Permettre de joindre des pièces jointes à ses courriers électroniques.
  • De communiquer avec des entreprises ou personnes extérieures.

Alors, si vous ne pouvez pas vous en passer totalement aujourd’hui, vous pouvez toujours essayer :

  • De ne répondre que s’il cela est une obligation. Vous verrez que le nombre d’e-mails que vous envoyez va chuter considérablement
  • De fixer des règles d’usage afin de freiner l’utilisation de votre messagerie. Essayez par exemple de ne la consulter qu’une à deux fois par jour à. En réalité, très peu de messages revêtent un caractère d’urgence. Si vraiment tel est le cas, soyez joignable par téléphone.
  • De mettre en place le « No mail Friday » en place. Une pratique qui commence à faire des émules dans les grandes entreprises.
  • D’opter pour la marche à pied en ce qui concerne les échanges en interne au sein de votre entreprise.
  • De mettre en place des outils collaboratifs au sein de votre entreprise (SharePoint 2010) ou d’utiliser des plateformes communautaires qui proposent des outils tels que la visioconférence, la messagerie instantané,  le partage de fichiers via le cloud computing avec Office 365, Google Apps, DropBox, Google Drive, Hubic.
  • De communiquer avec les entreprises extérieures via des réseaux tels que Facebook, Viadéo, Twitter, LinkedIn…

Vous l’aurez compris, l’email sera encore là demain ! Cependant les mentalités changent et le fait de mettre en œuvre une politique au sein des entreprises qui vise à réduire l’usage des emails est réellement bénéfique pour les usagers. Cela favorise les relations humaines directes, les collaborateurs sont plus disponibles, les travaux à plusieurs sur de mêmes documents sont beaucoup plus productifs (fini les échanges interminables avec pièces jointes et les mauvaises versions) et in fine l’information circule beaucoup mieux ! Si, si…

Se passer de l’e-mail, rêves ou réalité ?
Votez pour ce billet !

One thought on “Se passer de l’e-mail, rêves ou réalité ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *