Réussir sa newsletter

La newsletter un formidable outil de communication
Réussir sa newsletter

Etablir une relation durable avec vos lecteurs, fidéliser des clients ou partenaires, démarcher des prospects, promouvoir  un site e-commerce ou communiquer sur des produits ou promotions, la newsletter est un outil de communication de choix pour mener à bien ces missions. Encore faut t-il respecter quelques règles de base afin de réussir sa newsletter et l’exercice est loin d’être facile contrairement à ce que l’on peut croire.

1 – L’objet de l’email doit être pertinent

En effet, en tout premier lieu, l’objet de l’email concourt pour beaucoup à l’ouverture de ce dernier par son destinataire d’où l’importance tout particulière à lui consacrer lors de sa rédaction. Il en va d’ailleurs de même pour le nom de l’expéditeur de l’email.

Au besoin, n’hésitez pas à faire plusieurs tests par petits groupes d’envoi pour en mesurer l’efficacité.

Surtout, évitez des mots tels que : gratuit, exceptionnel, urgent, incroyable… dans l’objet de vos emails. Ces termes sont galvaudés dans l’esprit des lecteurs et associés de fait à des arnaques commerciales et autres subterfuges destinés à tromper leur vigilance.

2 – Etre simple et concis

Les utilisateurs et tout particulièrement les professionnels sont très sollicités via les emails, il est donc  impératif d’aller droit au but en étant clair et concis. Un email court est à privilégier à un email long sans quoi la newsletter ne risque d’être lue que partiellement.

L’intégralité des contenus n’est donc  pas souhaitable. Toute la difficulté consiste alors à susciter l’envie d’en savoir plus et d’inviter le lecteur à cliquer afin de le rediriger vers votre site Internet ou votre blog.

3 – Ne pas céder à la tentation

Ne pas exclusivement insérer du contenu commercial car la newsletter à aussi pour objectif d’informer. Un contenu uniquement mercantile risque de lasser le lecteur et de vous desservir. Différencier vous en conjuguant idéalement et avec subtilité l’information utile (actualité, astuces, veille technique ou réglementaire, mode…) et informations commerciales (nouveaux produits, promotions, bons d’achats…).

4 – Cibler les lecteurs

Si votre liste de diffusion est conséquente et variée, il peut être intéressant d’aménager le contenu de votre newsletter en fonction des profils types afin toujours d’être plus le juste possible dans votre démarche de communication. Au besoin, il peut-être utile de segmenter vos bases de données. Après, je vous l’accorde tout est question de budget aussi…

5 – Texte ou image ?

La plupart des clients de messagerie et webmails bloquent les images lors de la réception de l’email ceux qui rend votre newsletter nettement moins attrayante sauf demande expresse de l’utilisateur pour les afficher. Cependant, il se trouve que lors de la conception de votre newsletter l’intégration d’image représente une charge de travail non négligeable et par conséquence de l’argent.

D’ailleurs bon nombre de concepteurs rôdés à l’exercice préfère concevoir des newsletters au format HTML mais ne comportant que du texte et des liens. Eventuellement, il insère un logo et c’est tout. Il reste minimaliste dans la conception de l’email et cela fonctionne plutôt bien.

Cependant en France, on a la culture du visuel ! Ne dit-on pas : « Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours » ? Et puis, le visuel avec des images bien travaillées permet également :

  • De mettre en avant des produits
  • D’être percutant et plus dynamique
  • De jouer la carte de l’humour
  • De véhiculer une image voulue
  • De suggérer une ambiance, un environnement, une tendance…

Vous l’aurez compris, les deux écoles cohabitent. A vous de vous faire votre propre idée de la chose en mesurant l’efficacité de votre newsletter notamment via le tracking des clics et l’audience que vous récupérer en retour sur votre site.

6 – Etre redondant

N’hésitez pas à répéter le même lien vers une page web, une brochure à télécharger ou autre (sous la forme de texte ou d’une image), deux voire trois fois pour que le destinataire clique dessus. Celui-ci est souvent pressé et distrait 😉 Il lit en diagonale.

A cet effet, un post-scriptum à la fin de l’email contenant un lien peut avoir son petit effet et interpeller le lecteur de manière significative.

De même, n’oubliez pas une petite signature comportant l’adresse de votre site Internet ou blog, de votre compte Twitter ou Facebook… C’est toujours quelques clics de plus de gagnés à peu de frais.

7 – Suivre, mesurer et améliorer

N’oubliez pas de tracker (suivre) les clics qui font suite à votre newsletter toujours en vue de mesurer son efficacité et si besoin est d’en améliorer la conception (contenu, objet, liens, agencement, format, images…) et pourquoi pas de segmenter sa diffusion et son contenu par la suite s’il y a lieu de le faire. Cette fonctionnalité de tracking est proposée par les prestataires de routage (Aweber, Sarbacane…). Après, on peut toujours bidouiller… par exemple avec une petite image (ou pixel pagique) est un script PHP mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus convivial.

8 – Tester  systématiquement

Prenez le temps de vous envoyer votre propre newsletter avant de la diffuser en masse. Cela vous évitera de mauvaises surprises notamment : fautes d’orthographes qui font très mauvais genre, mise en page à revoir en fonction de certaines messageries ou encore caractères spéciaux très disgracieux.

9 – Etre régulier

Une newsletter périodique peut devenir un rendez-vous attendu de la part des lecteurs ce qui accroit considérablement son impact.

Cependant, veillez à ne pas submerger la boîte aux lettres de vos contacts et cela même si vous avez beaucoup de choses à dire. Il vaut mieux alors être sélectif dans son contenu. Sans quoi, votre newsletter  risque d’importuner, d’être trop insistante, intrusive, lourde, gênante… d’être considérée comme du spam.

Alors quelle fréquence adopter ? Une newsletter mensuelle est bien perçue par les abonnés voire une fréquence bimensuelle. Hebdomadaire ou plus ? A vos risques et périls que votre email termine directement en courrier indésirable.

Trimestrielle ou semestrielle ou annuelle ? Faut pas qu’on vous oublie non plus !!

10 – Respecter le destinataire

Proposer systématiquement un lien pour que le destinataire puisse se désabonner s’il le souhaite et que sa désinscription soit vraiment effective suite à sa demande. Un simple formulaire HTML fera l’affaire.

11 – Envoyer au bon moment

Il n’existe pas forcément de moments propices pour envoyer sa newsletter mais la réciproque est vraie. Il est notamment déconseillé d’envoyer sa newsletter la veille d’un long week-end, le lundi matin ainsi que le vendredi après-midi. Le mardi, mercredi  et jeudi s’y prêtent plutôt bien.

Ce ne sont là que quelques conseils pour optimiser votre communication via une newsletter. Ici, ne sont pas abordées différentes problématiques  liés aux newsletters :

  • Comment constituer une base de données emails opt-in ?
  • Faut-il passer par un prestataire pour router ses emails ?
  • Comment concevoir techniquement une newsletter ?

D’autres articles à venir 😉

Et pour en savoir plus pour réussir sa newsletter ainsi que ses campagnes d’emailing, plein de bons conseils en pagaille sur le site Altis qui met des livres blancs à disposition !

Réussir sa newsletter
Votez pour ce billet !

One thought on “Réussir sa newsletter”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *